L’expérience de la douceur de la Paix….

 

LBqlubqa8tinqrG-KbLnUkNU8U8

 

Pourquoi avons-nous peur ? De quoi avons-nous peur ? La peur ne nous rend-il pas vulnérable face à la vie ? Je ne cherche pas ici à élaborer en philosophant ce thème de la peur, ni non plus de faire un exposé. Les grands penseurs philosophiques ont déjà commenté des idées pertinentes sur cette notion. Nonobstant, il faut le dire, chaque personne peut apporter sa propre compréhension et signification quant à ce terme : La Peur. Alors si vous le voulez-bien, permettez-moi de vous relater ce qu’est la peur avec mes propos, cela, en vous racontant un de mes expériences vécues dans mon ile natale : UA-POU.

Je me souviens comme si c’était hier ! J’étais dans notre petit bateau assise, avec dans mes bras, ma petite nièce Gémima dont j’avais la responsabilité. Elle n’avait que 2 ans et elle était très malade. Il fallait donc l’emmener d’urgence à l’hôpital de Hakahau. Ce jour-là, la mer était houleuse et par précaution, mon père avait quémandé le grand bateau de mon oncle Karoro, qui lui, par peur du mauvais temps avait refusé.  « Nape To Eo » surnom donné à notre petit bateau n’était pas de taille. Je voyais bien que mon père hésitait. Il n’arrêtait pas de scruter l’horizon l’air inquiet et cependant décidé. La vie de sa petite fille Gémima prime. Malgré le mauvais temps et son inquiétude, mon père prit une décision dont je ne saurais dire si elle était sage. Que feriez-vous si votre enfant était gravement malade ?

A l’époque on n’avait pas encore de voiture qui partait de Hakatao à Hakahau. Les gens de mon petit village scrutaient mon père comme pour lui dire « t’es pas un peu fou papa Roka ? ».  Nous partîmes donc tous les trois sur notre petit bateau et ce, malgré les intempéries. Pour ne rien vous cacher, je tremblais déjà de peur ! Cette peur s’était amplifiée lorsque j’étais assise sur le banc de notre « Nape To Eo ».

De Hakatao jusqu’à Hakahétau le voyage n’était pas trop perturbant. Papa était assis, c’est le signe que jusque-là tout allait bien. La traversée par bateau de Hakahétau / à Hakahau est dangereuse ! Cette traversée m’a toujours paralysé de peur et cette fois-ci, c’était pire ! C’était l’enfer ! Nous n’avions même pas encore traversée la passe que déjà des grosses vagues de presque de un mètre nous guettaient ! Cette fois, papa s’était mis debout pour conduire notre petit bateau. Je sentais ma petite nièce trembler dans mon corps. Elle n’arrêtait pas de pleurer.  Je la protégeais du vent et de la mer qui nous menaçaient. Avait-elle eu peur ? Je n’en doutais pas un seul instant.

Ma petite Gémima avait peur elle aussi. On disait de mon père qu’il était un bon conducteur et il avait montré ce jour-là son savoir-faire. Notre bateau allait tout doucement sur cet immense océan. C’était la meilleure façon de contrer les grosses vagues. Des vagues et des creux à ne plus en finir ça vous prend les entrailles ! Et, à l’allure qu’on avançait cela m’avait paru une éternité ! J’étais terriblement horrifié de peur ! Une seule vague à l’intérieure du bateau et nous étions perdu.  C’était horrible ! Mon Dieu au secours !

Et, comme par miracle, je vis alors trois dauphins qui faisaient route avec nous. Je pouvais presque les toucher tellement notre bateau était petit au milieu de cette immensité bleue ! Chose inoubliable, dès lors que j’avais aperçu les dauphins, mon horrible peur s’était évaporée comme par enchantement ! Et la paix, cette paix si douce, s’était installée et avait envahie tout mon être. Je crois sincèrement que ma petite nièce avait ressentie ce que mon cœur ressentait. Je la sentais magnifique et paisible dans mes bras. La présence des dauphins m’avait apporté un sentiment de sécurité dans cet enfer ! Plus rien ne me faisait peur.

Bien au contraire, j’avais même eu du plaisir à voyager dans cet enfer, tant la présence des dauphins était sécurisante, douce et agréable. Il n’est pas sans dire que j’admirai mon père, debout, à manier avec souplesse et délicatesse notre petit bateau, afin d’éviter les vagues et les creux des vagues pour ne pas  déraper. Quel capitaine ! Les dauphins nous avaient accompagnés juste là où il fallait, avant l’entrée à Hakahau là où il faisait plus calme ! Jamais je n’oublierai cette peur qui s’était transformé en un sentiment de paix inouïe.

Enfin, si je puis dire, la peur nous donne le sentiment qu’on est peu de chose, qu’on est rien. Elle nous paralyse, nous rend vulnérable. La peur nous met dans une position inconfortable, instable. Mais quand la peur est vaincue comme ce qui m’est arrivé grâce à la présence des dauphins, alors la peur n’a plus de nom,  elle n’est rien d’autre qu’un sentiment. Et dans cette tempête de la peur, on peut alors gouter la force et la douceur de la Paix.

Aujourd'hui cette expérience me donne du courage, de la force à avancer avec foi dans ce monde chaotique! La Lumière Christique de Sa Céleste Majesté Aset brille dans les mondes et les univers afin de nous booster à travailler notre vision, de travailler les "Préceptes du Kemrekaba": Parole Juste, Pensée Juste, Action Juste! 

Aussi, je  vous laisse en compagnie de cette belle vidéo qui j'espère ajustera la beauté de vos regards sur toute chose que vous voyez, que vous expérimentez, que vous rencontrez dans votre vie. Poussière d'étoile et vous l'êtes, soyez béni!!!

 

bougie

 

LA BEAUTÉ OU LA LAIDEUR DANS VOS YEUX